jeudi 20 novembre 2014

L'ostéopathie c'est quoi?

L’ostéopathie est née aux États‐Unis dans le courant  du  XIXe siècle,  du  génie  d’un  jeune  pasteur  américain nommé Andrew Taylor Still.
Né en 1828, il suit d’abord des études d’ingénieur puis des études de médecine, l’association de ces deux compétences lui permettant d’appliquer à l’anatomie les principes de la mécanique.
Etant installé en proximité des populations indiennes, il puise son inspiration dans la médecine traditionnelle des indiens, qui pratiquent les manipulations articulaires depuis des siècles.
Il développe ainsi progressivement les bases et concepts de la médecine ostéopathique :
– « La vie est mouvement », ce qui peut signifier que chaque organe et chaque articulation du corps doivent disposer d’un mouvement physiologique pour garantir l’état de santé.
– « La règle de l’artère est suprême », ce qui signifie que la libre circulation des fluides dans notre corps est garante de notre santé.

– « La  structure  gouverne  la  fonction »,  ce  qui  signifie qu’une atteinte structurelle d’une partie du corps va entraîner secondairement une modification de sa fonction.

Au 21ème siècle, il reste de Still l'héritage d'une pratique médicale originale, alternative de la médication à outrance, et qui a fait évoluer favorablement la compréhension de certains mécanismes biomécaniques.
Mais à mon sens, ce que m'a apporté de plus précieux l'ostéopathie, c'est l'établissement d'un langage de communication intime entre les mains du praticien et le corps du patient.

mardi 18 novembre 2014

Ostéopathie et énurésie

L'énurésie ou "pipi au lit" est une affection du jeune enfant fréquente dont le traitement peut s'avérer difficile.

Cette pathologie touche plus de 10% des enfants de 5 ans et environ 5% des enfants de 8 ans.

Les causes de ce trouble sont vraisemblablement d'origine psycho-émotionnelle, favorisées par le stress et l'anxiété, mais en réalité, l'explication précise reste pour le moins nébuleuse.

Quand on m'a demandé pour la première fois de traiter un cas d'énurésie en ostéopathie, j'ai failli refuser car il ne me semblait pas que cette thérapie manuelle soit adaptée au traitement de cette pathologie, et elle risquait donc d'être totalement inefficace.

Devant l'insistance de la maman, j'ai fini par accepter, me disant que de toute façon, au pire, je risquais le même échec que bien d'autres traitements.

Et à ma grande surprise, la petite fille de 7 ans fut guérie dés la première séance...

Qu'avais je tant fait? Je ne sais pas au juste: un traitement crânien anti-stress, puis nous avions parlé des parents, de comment était maman, comment était papa, comment ça se passait le soir au coucher...

Enfin finalement il s'était passé quelque chose!

Cette histoire remonte à 3 ans et depuis j'ai traité d'autres cas d'énurésie avec un taux de réussite d'environ 50%  sur 3 séances.

Depuis un an plus rien, puis il y a 15 jours un petit garçon de 8 ans est venu à mon cabinet avec sa maman, et j'ai eu l'idée saugrenue de lui parler de "biomagnétisme par la conscience de son corps" j'ai dit au jeune garçon que lorsqu'il dormait il devait garder en lui la conscience de ce qui se passait dans son corps et contrôler en "inconscience maitrisée"le fonctionnement de sa vessie.

Il ne faut jamais sous-estimer les capacités de compréhension et d'adaptation des enfants, elles égalent voire surpassent celles de beaucoup d'adultes.

J'ai aussi travaillé son crâne et son diaphragme dans un but de relâchement des tensions, et aujourd'hui sa maman m'a appelé pour me dire qu'il ne faisait plus pipi au lit depuis 5 jours!

Donc OUI les ostéopathes peuvent guérir l'énurésie!

dimanche 26 octobre 2014

Guérisseurs et magnétiseurs: comment ça marche ???

Durant ma carrière de kiné et ostéopathe, j'ai eu l'occasion de rencontrer plusieurs guérisseurs et magnétiseurs qui m'ont impressionné par la qualité de leur travail.

Ne comprenant pas au début comment leurs techniques fonctionnaient, je me suis largement documenté afin de publier un jour un livre sur le sujet... Mais ce livre est resté à ce jour en friches, mon temps d'écriture étant actuellement phagocyté par la rédaction de mon premier roman.


Aussi, il m'a paru intéressant de vous proposer quelques réflexions et explications sur les professions de guérisseurs et magnétiseurs dans la dernière vidéo de ma chaine youtube, ci dessus.

Vous pouvez aussi retrouver des chapitres entiers consacrés aux magnétiseurs et guérisseurs dans mon ouvrage numérique consacré au mal de dos de même que dans mon dernier ouvrage papier:

http://www.amazon.fr/soigne-mon-mal-cinq-leçons-ebook/dp/B00LDVFAKA/ref=la_B007Z1OTVI_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1414317271&sr=1-2

http://www.amazon.fr/mal-dos-nouvelles-clés/dp/2812910682/ref=la_B007Z1OTVI_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1414317338&sr=1-3


Bon visionnage et bonne lecture!




vendredi 17 octobre 2014

Aujourd'hui c'était la journée nationale de la douleur

Quel sera l'impact de la journée nationale de la douleur 2014?

Après le 17 octobre 2014, la doléance de la non-douleur du patient sera-t-elle mieux prise en charge par le personnel soignant?

Souhaitons-le! Notamment pour les pathologies infligeant des souffrances difficilement supportables comme les brulures et certains cancers en fin d'évolution.

Souhaitons aussi que les douleurs que l'on ne peut exprimer verbalement soient mieux prises en compte: bébés et foetus, IMOC, états semi comateux, et j'en oublie bien sûr!

Mais aussi, dans des cas plus proches de ma spécialité que constituent les maux de dos et les douleurs articulaires, souhaitons que les messages de douleur que nous adresse désespérément notre corps soient mieux entendus, afin de non pas prendre des antalgiques mais prendre les décisions qui permettront à notre corps de moins souffrir:

Fuir le stress, bien s'alimenter, se reposer le corps et l'esprit quotidiennement, et bien sûr aussi préférer faire normaliser une articulation défaillante par son ostéo plutôt que de se gaver de paracétamol.

La douleur c'est le langage que le corps utilise pour prévenir l'individu qui l'incarne.

jeudi 18 septembre 2014

Soigner son épicondylite par défibrosage de l'avant-bras.

Après une longue (trop longue?) pause, je vous présente aujourd'hui une nouvelle technique d'auto-soins, destinée à traiter les épicondylites.

Les épicondylites, vous connaissez?

C'est une tendinite du coude ou tennis elbow, pathologie rencontrée lorsqu'on a un peu trop abusé des mouvements de son coude, ou lorsqu'il existe une pathologie de l'avant bras sous jacente non diagnostiquée.

La cinétique du coude et de l'avant-bras étant très intriquées, et il parait logique de vouloir optimiser la mobilité de l'un pour améliorer la qualité de mobilité de l'autre.

C'est à partir de ce constat que je vous propose dans la vidéo suivante de soulager votre épicondylite en améliorant globalement la mobilité de l'ensemble coude-avant-bras en travaillant sur l'élasticité de la membrane interosseuse unissant radius et cubitus (ulna maintenant)




Vous pouvez aussi retrouver mes techniques d'auto soins dans mon ouvrage:


mardi 5 août 2014

Lumbago et "syndrome de décompensation"


Lumbago et syndrome de décompensation.

 

Avec les mois d’été, surviennent de nombreux « blocages » de dos, lumbagos ou torticolis, que nous pouvons appeler « syndrome de décompensation »

 

En effet, l’état de tension musculaire et fasciale de notre corps est conditionné par notre état de tension mentale et psychologique.

Si dans les mois qui précédent l’été, pour des raisons privées mais le plus souvent professionnelles nous vivons dans un état de stress important, notre corps va adapter ses tensions et sa posture en conséquence.

Si nous relâchons d’un coup toutes ces tensions dès les premiers jours de congés, il est fréquent que le corps ne puisse adapter ce relâchement trop subi et se bloque, soit en haut du rachis (torticolis) soit en bas (lumbago).

C’est ce que j’ai appelé le « syndrome de décompensation rachidienne »

Comment traiter alors ces pathologies particulières ?

D’après mon expérience, il est tout à fait inapproprié de traiter ces troubles par des corrections vertébrales isolées, il est plus « payant » de traiter en profondeur les tensions fasciales (diaphragme, psoas) ainsi que de reprogrammer la région « décompensée » par des mouvements articulatoires rachidiens reprogrammants.

vendredi 25 juillet 2014

Lumbago et paracétamol

Une étude australienne vient de révéler que le paracétamol ne soulagerait en rien les lumbagos!

Ouf! Une première dalle du chemin de la clairvoyance est posée, ainsi qu'une brique du mur anti-médicament inapproprié!

lien vers l'article:

http://www.rtl.fr/culture/bien-etre/lumbago-le-paracetamol-pas-mieux-que-le-placebo-7773395555

et extrait de l'intro de mon dernier livre sur le mal de dos:


"Le nombre de personnes souffrant du mal de dos ne fait qu’augmenter, et cette progression ne fera que s’aggraver à l’avenir, pourquoi ?

Imaginez que lorsque votre voiture tombe en panne, votre garagiste vous dise : un voyant rouge c’est allumé au tableau de bord ? Pas de problèmes ! On va supprimer le voyant et tout va s’arranger !

C’est exactement cette démarche qu’utilise votre médecin lorsqu’il vous dit : vous avez mal au dos, pas de soucis : je vous prescris des antalgiques (médicaments anti-douleur), et tout va s’arranger !

Et bien NON ! Si votre dos s’exprime par la douleur, c’est au minimum pour vous avertir que votre DOS est en souffrance, et dans bien des cas, c’est votre CORPS qui s’exprime via votre dos.

Ce qu’attend votre dos c’est une réponse adaptée à sa souffrance : si la souffrance est mécanique, il attend une réponse mécanique, si la souffrance est émotionnelle, il attend une réponse par vos émotions, et si la souffrance est biochimique, il attend une réponse biochimique."
 
 
 


 
 
 

 

jeudi 17 juillet 2014

Prévention du mal de dos.

A l'occasion de mon interview accordée ce matin à www.psychologies.com je vous propose un tour d'horizon des techniques de prévention du mal de dos.

En intro, je vous propose de méditer sur cette phrase que j'ai écrit dans mon dernier ebook "je soigne mon mal de dos en 5 leçons":

Le dos est au corps ce que le corps est à l'âme: le réceptacle de nos souffrances

En respectant ce principe, vous comprendrez que s'attaquer au mal de dos c'est s'attaquer aux souffrances de notre corps entier, non seulement les faux mouvements mais aussi le stress, la fatigue, le surmenage, la maladie.

Extrait de mon ebook:


Prendre en charge vous-même le bon entretien de votre dos avant que les douleurs ne surviennent constitue au final la meilleure solution, mais comment s’y prendre ?

L’auto-entretien de votre dos vise à éviter la survenue des trois principales causes de mal de dos :

1/ La sédentarité et l’enraidissement.

2/Le stress.

3/La mauvaise hygiène de vie.

 

La lutte contre la sédentarité et l’enraidissement passe par la pratique régulière d’un sport, dont la pratique doit être adaptée à votre âge et à vos capacités sportives.

La marche :

Après 50 ans, la marche apparait comme l’activité la plus physiologiquement saine pour entretenir votre forme et votre état articulaire.

En cas d’arthrose de hanche débutante au genou ou à la hanche, il est conseillé de se munir d’un bâton de marche, tenu du côté opposé à l’arthrose, et de faire des pauses régulièrement.

En cas de reprise de l’activité de marche après des années de pause, soyez progressif, et éviter d’attaquer 15kms en dénivelé dès le premier jour.

Pour votre dos, évitez les sacs à dos trop lourds, et portez une attention particulière à vos chaussures de marche, qui doivent conférer un bon amortissement lors des phases d’appui.

En effet, la marche sur un terrain dur avec des chaussures peu amortissantes va entrainer une succession de micro traumatismes au niveau de votre rachis qui peuvent s’avérer pathogènes.

D’autre part, privilégiez des chaussures montantes, qui vont permettre d’éviter une éventuelle entorse de cheville lors d’un mauvais pas, ce qui au mieux va vous pourrir le week-end et au pire constituer un schémas lésionnel montant et vous entrainer un lumbago…

 

Le jogging

Si vous avez moins de 50 ans, le jogging vous paraitra peut-être plus proche de la pratique sportive que la simple marche.

En effet, l’effort musculaire et cardio-vasculaire est ici plus intense, et convient mieux à un adulte jeune.

Comme pour la marche, le choix des chaussures s’avère important et là aussi des semelles amortissantes seront les bienvenues, d’autant plus que le terrain pratiqué sera dur.

La natation

La natation présente l’avantage de l’immersion dans l’eau qui va permettre de supprimer le risque de micro-traumatismes au niveau du rachis.

D’autre part, l’activité musculo-articulaire propre à la natation permet une bonne musculation des muscles dorsaux et abdominaux, ce qui va améliorer le gainage de votre colonne vertébrale.

Enfin l’eau étant globalement relaxante, il en résulte que la natation constitue le sport idéal pour lutter contre les dorsalgies d’origine somato-émotionnelle.

L’équitation

L’équitation ne peut être conseillée pour tous les cas de mal de dos.

Dans le cas d’un cavalier confirmé souffrant de mal de dos bénin, l’équitation reste envisageable car le cheval peut ressentir les tensions posturales du cavalier, et adapter en conséquence sa propre posture.

C’est ainsi que de nombreux cavaliers m’ont confié avoir moins mal au dos à cheval que debout ou lors de la pratique d’une autre activité.

Concernant les pathologies plus sérieuses ou en cas d’arthrose vertébrale majeure, mieux vaut renoncer à l’équitation.

Le vélo

Le vélo est une activité sportive que vous pourrez exercer tard dans votre vie, et qui se révèle excellente pour l’entretien du système cardio-vasculaire.

Après 50 ans, préférez le vélo de route au VTT qui génère des micro-traumatismes liés au inégalités de revêtements des circuits dans les chemins et dans les bois.

 

La lutte contre le stress du quotidien est un challenge difficile à gérer, cependant je peux vous proposer quelques conseils :

-Sachez « oublier » vos soucis professionnels le soir et la nuit en rentrant chez vous, en fuyant toute pensée stressante vous ramenant à vos activités de bureau.

-Privilégiez des sorties ou des lectures « de plaisir » qui sauront donner à votre esprit des moments agréables.

-Obligez-vous à faire l’amour souvent, c’est bon pour le stress et la santé en général.

-Evacuez vos soucis en les verbalisant ou en vous mettant légèrement en colère, c’est beaucoup mieux que de les garder en vous.

-Offrez-vous des séances de massages et de SPA régulièrement.

-N’oubliez pas de partir en week-end ou en promenade régulièrement dans un endroit apaisant, parfois être loin de chez soi, c’est aussi être loin des soucis.

Avoir un bon dos, c’est aussi avoir une bonne hygiène de vie, ainsi outre les conseils précédents, je peux vous rajouter quelques consignes :

-soignez votre alimentation, privilégiez les fruits et légumes frais, fuyez les surgelés, les conserves, et les sucreries.

-buvez du vin raisonnablement, pas plus de un à deux verres par jour, privilégiez le vin rouge bio.

-respectez une durée de sommeil suffisante (9 heures) avec des horaires réguliers, sur une literie de qualité, avec votre compagnon(ou compagne) si c’est mieux ou sans si c’est mieux (ronfleur, insomniaque)

-respectez un temps de travail raisonnable, si vous êtes à votre compte et faites 60 ou 70 heures par semaine, c’est trop !

 

                        

 

                                 En conclusion :

Comme vous avez pu le découvrir à la lecture des chapitres précédents, le dos n’est pas simplement un élément de squelette dont la mission serait d’assurer une charpente corporelle, mais c’est aussi et surtout le relai de nos émotions profondes.

Toute maladie, tout stress, tout accident de la vie va venir modifier l’état de tension de notre rachis, et il ne peut exister  de solution simpliste pour traiter la complexité réelle des problèmes de dos .

Imaginer traiter les dégâts mécaniques du dos causés par le stress en s’attaquant simplement au stress, c’est comme imaginer soigner sa voiture que l’on a planté contre un mur en roulant trop vite en décidant simplement de rouler moins vite… c’est trop tard !

Une fois que le stress a marqué  votre dos de son empreinte pathogène, c’est un arsenal complet de solutions qu’il est nécessaire de mettre en place : bonne alimentation, activité physique ou sportive plusieurs fois par semaine, et surtout visites régulière de praticiens de santé : kinésithérapeutes, ostéopathes, chiropracteurs, acupuncteurs, homéopathes.

Vous n’avez pas seulement un professionnel de santé à votre disposition pour soigner votre mal de dos, mais une véritable armée de spécialistes, qui chacun dans sa spécialité peut vous apporter un ensemble constitutif du puzzle complexe de la guérison définitive.

Et tout cela sans jamais oublier de savoir occulter ses douleurs de dos quelques heures par jour, pour penser à la vie, à ses moments de bonheurs partagés avec son entourage, sa famille ou tous ceux que l’on aime, pour enfin enrober toutes ces pensées positives dans un grand pansement imaginaire, que l‘on va appliquer ensuite tout le long de notre colonne vertébrale, ce qui vous apportera un complément indispensable de guérison.

Il n’y a pas un unique chemin possible pour soigner son mal de dos, c’est à chacun de composer son itinéraire !


 
 
Mon ebook sur www.amazon.com


 
 

jeudi 3 avril 2014

Mon interview pour www.viesaineetzen.com sur les causes de mal de dos

Retrouvez ci-après l'article dus site viesainetzen.com suite à mon interview sur les causes de mal de dos:

Prévenir et soigner le mal de dos

Lumbago, sciatique, torticolis et autres dorsalgies, le mal de dos est de plus en plus répandu et, aujourd'hui, le plus souvent lié au stress. On dit que c'est le mal du siècle. Heureusement, de nombreuses pratiques thérapeutiques peuvent nous aider à le prévenir et à le soigner.
Viesaineetzen.com - Prévenir et soigner le mal de dos
Il s'agit d'un enjeu majeur en terme de santé publique. Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentaient en 2009 plus de 80 % des maladies professionnelles indemnisées. Parmi les TMS, lombalgies et cervicalgies sont les affections les plus fréquentes : 34 % des travailleurs déclarent souffrir de problèmes de dos*.
"J'ai de plus en plus de patients qui viennent me voir pour des problèmes de mal de dos", constate Vincent Arin Stocchetti**, ostéopathe et kinésithérapeute.
     
 


 

En savoir plus

D'où vient le mal de dos ?
Il y a trois types de causes :
- traumatiques : accident de la route, traumatisme sportif, faux mouvement ou petits chocs apparemment sans gravité ;
- rhumatologiques : usure ou dysfonctionnement d'une articulation (arthrose, hernie discale, scoliose, spondylolisthésis, rhumatismes inflammatoires et spondylarthrite ankylosante) ;
- idiopathiques : causes qui ne sont pas officiellement identifiées.
Ce sont les dorsalgies idiopathiques, sans doute dues au stress, qui sont le plus fréquemment rencontrées en cabinet, selon l'expérience de Vincent Arin Stocchetti**.
Le stress : facteur principal
"Le mal de dos le plus fréquent est celui qui est lié au stress. On vit dans un monde stressant, sur le plan professionnel comme sur le plan de l'organisation de la société. Or il existe une relation entre les tensions de stress au niveau du cerveau et des centres nerveux et le mal de dos mécanique." Cette relation peut être directe mais aussi prendre des chemins détournés. "Une personne se coince le dos en ramassant un pot de fleurs. Elle peut se dire qu'elle s'est fait mal au dos parce qu'elle a ramassé un pot. Mais si, au préalable, elle était stressée, son dos était fragilisé. On peut même imaginer que, si cette personne n'avait pas été stressée, elle aurait pu ramasser son pot sans se faire mal au dos."
Le stress fragilise la colonne vertébrale qui se retrouve "tendue, moins souple et plus vulnérable à des blocages".
Des stratégies de prévention
Comment gérer le stress et éviter qu'il n'envahisse le dos ? La technique la plus simple, c'est le sport.
"En pratiquant régulièrement une activité sportive non-violente on peut agir contre le mal de dos. La natation et la marche sont excellentes pour évacuer les tensions qui se diffusent dans le corps. Le yoga est aussi très intéressant ainsi que le Taiji et le Qi Gong car ce sont des pratiques douces, respectueuses de l'organisation du corps, qu'on peut adapter à chaque individu et pratiquer longtemps durant sa vie", recommande Vincent Arin Stocchetti.
Il y a aussi au quotidien toutes les mauvaises postures à éviter.
"La nuit, il faut une bonne literie et éviter de dormir sur le ventre. En voiture il est important d'avoir le dossier droit, une bonne distance entre l'épaule et le volant pour ne pas avoir à forcer au niveau de l'épaule et de la nuque." Il est également important de prendre conscience de son dos durant la journée de travail, notamment devant l'ordinateur. "Mais le plus important, au travail, c'est de fuir le stress. Essayer de rendre le travail le plus agréable possible, savoir gérer les conflits et les impératifs professionnels."
De nombreuses approches thérapeutiques
Pour établir un diagnostic il est sage de consulter un médecin. Mais, en dehors des cas aigus qui relèvent du rhumatologue, "les généralistes ont tendance à banaliser le mal de dos. Ils vont prescrire un décontractant ou un antidépresseur et vont considérer que c'est suffisant", regrette Vincent Arin Stocchetti. Pour lui, dans la plupart des cas, l'ostéopathe est le professionnel qui va apporter la meilleure réponse. "Il va considérer votre mal de dos sous les différents aspects (mécaniques, tensions internes) et prendre le temps de vous examiner".
D'autres approches de santé ont également leur intérêt : acupuncture, homéopathie, magnétisme… "Je m'intéresse beaucoup au magnétisme. J'ai travaillé avec un guérisseur, je suis allé voir travailler des magnétiseurs. Je suis persuadé que ce sont des gens qui travaillent avec efficacité et qui ne sont pas des charlatans. Il est probable qu'on ait dans le corps plusieurs systèmes de communication : le système nerveux, le système hormonal et un système biomagnétique de communication des informations. C'est par ce dernier système que l'information de stress pourrait être transmise au dos", explique Vincent Arin Stocchetti.
Voilà pourquoi, selon lui, beaucoup de pratiques ont une pierre à apporter. "Il n'y a pas que de la mécanique pure et simple au niveau du corps, il y a aussi une implication de l'énergétique. Ensuite chacun sa méthode !"
Choisir en étant acteur de sa santé
Alors laquelle choisir ? Le mieux est de se fier à son instinct, apprendre à écouter son corps.
"Quel que soit le praticien de santé, kiné, acupuncteur, ostéopathe ou médecin, à l'issue du traitement on doit se sentir apaisé. Si ce n'est pas le cas c'est que le thérapeute n'est pas bon ou que la thérapie n'est pas adaptée."
Cela implique que le patient soit pleinement acteur de sa santé. "Il ne doit pas être un figurant, il ne doit pas subir l'autorité médicale. Il doit avoir le pouvoir de décider quelle est la meilleure thérapie pour lui et refuser une thérapie si elle ne lui convient pas. Il faut que le patient soit conscient des traitements possibles et qu'il puisse interagir avec son traitement."

*L'Assurance Maladie : Qu'est-ce que les troubles musculosquelettiques ?
**Auteur de Le mal de dos, éditions De Borée
 

dimanche 9 mars 2014

Bonjour,vous êtes bien à la permanence médicale week-end!

Il y a 10 jours, j'avais souffert d'une angine assez banale; traitée banalement par mon médecin par antibiotiques + Anti-inflammatoire+ pastilles à sucer 5 jours.

Au terme des 5 jours, mon état était bien amélioré, et je cessais donc le traitement.

Hier, après-midi, samedi donc, week-end donc, patatras, nouvelle apparition des symptômes, cette fois assortis d'une conjonctivite et d'une sinusite.

Ce matin je me lève à 7h les yeux complètement collés légèrement purulents, je décide d'appeler le N° de mon médecin afin de contacter le service de garde.


Premier message:

"Bonjour, vous êtes bien au service de permanence médicale week-end et nuit, veuillez vous munir de votre dernière ordonnance, le temps d'attente est inférieur à 3 minutes!"

Le même message tourne en boucle durant environ 6 minutes, puis le message change:

"Votre temps d'attente sera supérieur à 3 minutes!"

Nouveau passage en boucle, puis enfin dernier message:

"Nous ne pouvons pour le moment prendre en charge votre appel, veuillez rappeler dans 15 minutes"

Puis l'appel est brusquement coupé!

Après 8 minutes d'attente supplémentaire, je décide de refaire une tentative:

"Patatata votre temps d'attente est inférieur à 3 minutes"

et effectivement au bout de seulement 5 minutes, une personne prend mon appel et m'oriente vers le médecin régulateur.


Finalement, j'obtient un rendez-vous chez un médecin de ma connaissance, mais que je n'imaginais pas intégré dans mon secteur, puisque son cabinet se situe à 25 kilometres de chez moi, alors qu'il y a 5 médecins installés sur ma commune.

Après 35 minutes, j'arrive chez le fameux médecin, qui me confie qu'après ma consultation, il doit se rendre pour une visite urgente  au sud de mon canton, soit à 30 kilometres...

vendredi 14 février 2014

Passez de la pommade sur la cuisse matin et soir

Un patient vient me consulter pour une cruralgie gauche avec déficit moteur de la flexion de hanche.

Cet homme de 77 ans ne parvient plus à monter le genou en position debout et éprouve de grandes difficultés à monter les escaliers qui mènent vers sa chambre, depuis huit jours où justement il est tombé violemment dans ces mêmes escaliers.

Souffrant intensément de la partie antérieure de la cuisse, il a consulté avant hier son médecin de famille, qui a diagnostiqué "a vista" une absence de fracture, et donc conseillé le meilleur traitement ad hoc: application de pommade anti-inflammatoire sur la cuisse matin et soir.

Inutile de vous confier que ça a eu le même effet sur mon patient que l'évocation de la situation des ostéopathes français à François Hollande ou la récitation de l'ancien testament à un émeu...

A l'examen visuel (pour lequel il est parfois nécessaire de faire retirer ses vêtements au patient), nous retrouvons une micro-courbure anormale en L2L3.

A l'examen palpatoire se confirme la présence d'une ou plusieurs dysfonctions vertébrales en L2L3, avec compression des espaces intervertébraux et douleur importante à la pression entre L2 et L3.

Après une normalisation prudente non structurelle des étages considérés, la douleur dans la cuisse s'atténue et la motricité de hanche semble meilleure...

Mon patient ressort finalement assez soulagé de mon cabinet, et me demande:

Et la pommade, je dois la passer ce soir?

lundi 10 février 2014

A 15 centimètres prés !

Le mois dernier, une jeune patiente de 17 ans vient me consulter 6 mois après un accident de la route, depuis lequel elle souffre intensément du haut de la nuque, le tout accompagné de maux de tête fréquents.

Elle me dit avoir consulté trois fois un ostéopathe "éminent" et enseignant en école d'ostéopathie, sans résultat.

Je l'examine et retrouve très facilement un "wiplash", forme de coup du lapin qui se caractérise par un blocage de la première vertèbre, sous la tête.(C1)

Je la manipule doucement à ce niveau pendant 15 minutes puis lui demande de se relever pour me confier ses sensations: elle se sent déjà soulagée, sa tête lui semble plus légère...

Je lui demande alors ce que faisait mon "éminent" collègue: elle me répond qu'il lui faisait craquer la dernière vertèbre du cou (C7) tous les 15 jours lors de séances de 10 minutes...

Le problème c'est qu'il y avait à la louche 15 centimètres entre sa dysfonction ostéopathique et la correction pratiquée, même répétée trois fois...

Aujourd'hui un patient vient de Roanne vers mon petit village aveyronnais parce qu'il souffre d'une pubalgie associée à une inflammation de la sacro iliaque: dans sa ville, les médecins ont pratiqués des radios et un scanner du rachis lombaire qui n'étaient pas démonstratifs de lésions apparentes, lui signifiant qu'il n'y avait donc rien à faire.

J'ai manipulé le pubis et l'iliaque de mon patient qui va déjà  mieux,

entre les lombaires et le pubis, il y a ... 15 centimètres!

jeudi 9 janvier 2014

Soulager soi-même son hallux valgus

Technique issue de mon ouvrage "Soulagez vous-même vos petites douleurs articulaires"
http://livre.fnac.com/a5066903/Vincent-Arin-Stocchetti-Soulager-vous-meme-vos-douleurs-articulaires

La technique décrite dans la vidéo ci-dessous vous propose de soulager vous-même votre hallux valgus débutant.

Soulager l'entorse d'un orteil par syndactylie

Nouvelle technique d'auto-soins, publiée dans mon ouvrage "Soulagez vous-même vos douleurs articulaires" http://livre.fnac.com/a5066903/Vincent-Arin-Stocchetti-Soulager-vous-meme-vos-douleurs-articulaires

Cette technique vous permet de soulager une entorse ou une tendinite d'un orteil par la pose d'une syndactylie, strapping permettant de solidariser deux orteils ensemble.

Le bandage est à renouveler tous les matins durant une dizaine de jours.

La technique est détaillée dans la vidéo suivante: